ALVCC Activities, Les oubliés de la planète

RDC: Un journaliste de la télévision publique abattu par des hommes armés

Robert-Chamwami-Shalubuto
Robert Chamwami Shalubuto|Crédit photo : Facebook

L’association « Les oubliés de la planète » du Canada est profondement indignée et touchée par l’assassinat du journaliste Robert Chamwami Shalubuto.

Journaliste de la Radio-Télévision Nationale congolaise (RTNC), monsieur Shalubuto a été tué par balle vendredi soir à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources concordantes signale l’AFP.

«L’assassinat» de Robert Chamwami Shalubuto a eu lieu «cette nuit-même» et a été «perpétré par des hommes armés», a déclaré à l’AFP vendredi soir Feller Lutaichirwa, vice-gouverneur du Nord-Kivu. «Des enquêtes sont amorcées » a-t-il précisé, qualifiant l’événement de «triste» nouvelle.

Célestin Sibomana, attaché de presse pour la province, a précisé à l’AFP que les assaillants l’ont retrouvé dans un magasin d’alimentation «non loin de sa résidence» et «c’est là qu’on lui a logé une balle au niveau de la poitrine». Il a indiqué que le corps de la victime « repose à la morgue de l’hôpital général de référence de Goma ».

Le 25 octobre, Philémon Gira, un autre journaliste de la RTNC, a été la cible d’une attaque à main armée d’assaillants non identifiés. Il a survécu à l’agression mais il a dû être amputé de la jambe gauche.

«Depuis un certain temps, les journalistes sont devenus des personnes à abattre dans la ville. (…) Nous estimons que c’est un front [de guerre] ouvert contre les journalistes», a conclu M. Sibomana, espérant que l’enquête permettra d’arrêter et juger les assassins de Chamwami Shalubuto.

En 16 ans, selon un décompte de l’ONG congolaise Journaliste en danger (JED), une dizaine de journalistes ont été tués en RDC. La plupart exerçaient dans les provinces des Nord-Kivu et Sud-Kivu, où des groupes armés locaux et étrangers sévissent depuis parfois deux décennies.

La RDC occupe la 151e place (sur 180 pays) du classement mondial de la liberté de la presse 2014 établi par Reporters sans Frontières.

AFP

Nous tenons à rappeler à Joseph Kabila et au gouvernement congolais qui, jusqu’à présent, ne protègent pas la population congolaise en général et les journalistes en particulier, de leur responsabilité, en tant que « garant de l’état », résponsabilité qui consiste à protéger tout citoyen congolais et à faire respecter et appliquer la convention universelle des droits de l’homme, la liberté de presse, d’expression et de choix d’association en RDC.

Mon association s’insurge contre les multiples agressions que subissent les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions en République Démocratique du Congo.

Nous demandons au gouvernement congolais de controller ses agents, d’arrêter ses actes barbares et de protéger tout citoyen congolais en général et journaliste en particulier.

Par Coralie Kienge

Présidente de la branche des journalistes / Association Les oubliés de la planète

Organisme basé au Canada militant pour le respect des droits de l’homme en Afrique

ALVCC Inc.

Si vous êtes témoin ou victime d’une violence dans l’exercice de vos fonctions en tant que journaliste ou membre d’opinion publique, politique, ethnique ou religieuse par le gouvernement ou ses agents, veuillez nous contacter en appuyant ICI

ou Contactez: +1-705-822-3355

1 thought on “RDC: Un journaliste de la télévision publique abattu par des hommes armés”

Comments are closed.