Les oubliés de la planète

Le pouvoir de Kabila menace un représentant d’une ONG des droits de l’homme au Katanga

32362_605026166240778_1969047007_n1
Jean-LucKienge Directeur de l’association Les oubliés de la planète

Je viens de recevoir des menaces de la part du pouvoir directement de Lubumbashi pour avoir dénoncé l’arrestation de monsieur Vano Kiboko, d’avoir et de continuer a militer activement pour sa libération et de ma lutte contre l’acharnement et les assassinats du pouvoir en place sur plusieurs personnes et dans ce cas particulier, monsieur Kyungu Wa Kumwanza, le gouverneur Moïse Katumbi et monsieur Muyambo au Katanga.

Le pouvoir congolais me reproche d’avoir diffusé plusieurs informations selon lesquelles et, plus particulièrement, celles selon lesquelles, le gouvernement éxigeait que Moïse Katumbi puisse démentir son empoisonnement pour dire qu’il souffre du cancer.

Je refuse d’accepter ce genre d’agissements et je ne me laisserai jamais intimidé.

Je profite de cette occasion pour redemander la libération sans condition de Mr Vano Kiboko, d’autres prisonniers politiques et citoyens congolais emprisonnés illégalement en République Démocratique du Congo pour avoir appuyés la position du gouverneur Moise Katumbi, position qui consiste a refuser un « troisième faux penalty » (un troisième mandat) à Joseph Kabila, un troisième mandat qui serait contre la constitution de la RDC.

L’association les oubliés de la planète condamne avec vigueur ces harcèlements et ces tactiques dignes de la gestapo du régime Kabila sur ses collaborateurs, journalistes et défenseurs des droits de l’homme vivant en RDC. Nous travaillons et faisons tout notre possible pour diffuser et informer le monde entier des violations flagrantes des droits de l’homme en Afrique commençant par la République Démocratique du Congo.

Jean-Luc Kienge 

Directeur exécutif de l’association des oubliés de la planète

Une sous-division de l’ALVCC Inc.

Article sur ©coraliekiengeshow.com le 11 janvier 2015

Tel: +1-705-822-3355

ALVCC Activities, Les oubliés de la planète

Kabila vient d’arrêter l’honorable Vano Kiboko de Kolwezi pour lui avoir demandé de partir

vano kiboko
Mr Vano Kiboko

L’association Les oubliés de la planète au Canada est vivement préoccupée par l’acharnement des services de sécurité congolaises (ANR) à l’égard de l’honorable Vano Kiboko et de sa famille lors de leur voyage pour l’étranger.

Notre association demande que les services de renseignement congolais sous la direction directe de Joseph Kabila arrêtent d’harceler et d’intimider les citoyens congolais qui expriment leur opposition à son troisième mandat et à la modification de la constitution de la RDC. Nous profitons par la même occasion de demander sa libération et celle de sa famille sans conditions.

Nous condamnons l’assassinat de madame Mpanga Mule, tuée à Kolwezi au cours du mois de décembre 2014 pour avoir participé à une manifestation pacifique de l’association socio-culturelle Lwanzo Lwa Mikuba.

Jean-Luc Kienge 

Directeur exécutif de l’association des oubliés de la planète

Une sous-division de l’ALVCC Inc. ©coraliekiengeshow.com Tel: +1-705-822-3355

 Itinéraire de son arrestation selon Kazadi Kiboko:
A cause de son Point de Presse tenu le samedi 27 décembre 2014 à l’Hôtel Karavia de Lubumbashi en rapport avec le meurtre de Madame Mpanga Mule à Kolwezi, l’Honorable Vano Kiboko a été interpelé par les services de sécurité à l’aéroport international de Ndjili ce dimanche 28 décembre 2014 alors qu’il s’apprêtait à prendre son vol Air France pour les Etats-Unis via Paris.

Pendant l’interpellation par les services de securité, l’Honorable Vano a été traité de manière dégradante et humiliante; son passeport a été confisqué et il a été assigné à résidence surveillée.

L’Honorable Vano Kiboko était accompagnée de son épouse Annie-Laure Matanda Kiboko et de sa fille cadette Omega Babaka Kiboko. L’on ignore le sort de ces deux dernières qui ont été séparées de l’Honorable Kiboko au moment des faits déplorés.

Pour rappel, Madame Mpanga Mule a été tuée à Kolwezi au cours du mois de décembre 2014 pour avoir participé à une manifestation pacifique de l’association socio-culturelle Lwanzo Lwa Mikuba qui protestait contre l’annexion injustifiée du district urbano-rural de Kolwezi à celui du Lwalaba.

La liberté d’expression ou « freedom of speech » demeure un leurre en RDC. Où va ce pays de Lumumba ? Affaire à suivre / Ci-dessous les images du Point de Presse

A la dernière nouvelle, monsieur Kiboko a été interdit de quitter le territoire de la RDC.